Groupement SRI Madagascar

La pratique du SRI par les paysans

PRATIQUES PAR LES PAYSANS

Les paysans adaptent progressivement le SRI à leur environnement de culture, c'est-à-dire aux conditions agroécologiques de leur milieu de culture.

- Utilisation de fertilisants organiques tels que les déjections animales, fumure de parc, compost, …au cours de la préparation du sol.

- Repiquage de jeunes plants au stade de deux feuilles (pouvant varier de 5 à 15 jours selon l’altitude et la température). Le repiquage s’effectue dans une rizière à boue visqueuse à l’aide de ficelle à nœuds, d’un rayonneur ou autres.

- Repiquage brin à brin en carré (avec un écartement variant suivant la fertilité du sol). Au cours de leurs processus d’adoption, certains paysans préfèrent maintenir des écartements de 25 cm ou plus entre les lignes et de 15-20 cm dans les lignes.

- Certains paysans ont trouvés que lors du repiquage, le fait d’avancer mais non pas reculer après avoir repiquer une ligne toute entière contribue beaucoup à l’accélération du travail de repiquage. En effet, si on recule, on est toujours contraint de compenser les traces laissées par les empreintes de pieds des repiqueuses, en amenant un peu de boue avec la main, avant d’enfoncer le plant. Ce qui ralentit le travail. Ainsi, cette pratique permet de réduire la quantité de mains d’œuvre nécessaire au repiquage en SRI.

- Maintien de la rizière humide pendant les deux premières semaines après le repiquage, avec une alternance d’assec et d’irrigation par la suite. L’alternance peut varier de 4 à 5 jours. Certaines conditions du sol (argileux, sableux, ou à teneur élevé de sel…) ne permettent pas cette pratique et les paysans préfèrent maintenir des fines lames d’eau dans la rizière.

- Pratique du premier sarclage 1 à 2 semaines après le repiquage, ensuite d’autres sarclages toutes les 2 à 3 semaines, sarclages manuels ou avec utilisation de sarcleuse.

- Devant les risques de ravageurs, réticence du paysan à assécher la rizière 2 semaines avant la récolte pour une homogénéisation de la maturité des plants de riz.

- Pratique d’une culture de contre-saison (haricot, pomme de terre…) puis enfouissement des résidus végétaux avant la campagne de production rizicole.